Noticias

Noticias --tu web--Nacional // Guinea EcuatorialCIUDADANOS POR LA INNOVACION   
CIUDADANOS POR LA INNOVACION

 


"Forte détérioration" des droits de l'homme en Guinée équatoriale, selon l'UE


(AFP 05/02/18)


L'Union européenne estime qu'il y a une "forte détérioration de la situation des droits de l’homme" en Guinée équatoriale avec la mort d'un opposant en garde à vue et "plus de 130 personnes détenues arbitrairement" depuis les dernières élections, selon une déclaration obtenue lundi par l'AFP.


"Les restrictions de liberté et arrestations, en particulier d'opposants politiques, qui se poursuivent sans discontinuer en République de Guinée équatoriale depuis les élections de novembre 2017, suscitent de vives inquiétudes", a déclaré Catherine Ray, porte-parole du Service extérieur de l'Union européenne, dans une déclaration publiée sur le site de l'UE.


"Le décès, alors qu’il était placé en garde à vue, de M. Ebee Ela, membre du parti d’opposition +Ciudadanos por la Innovación+ (CI, Convergence pour l'innovation), confirme la forte détérioration de la situation des droits de l’homme dans le pays", a ajouté Mme Ray.


Santiago Ebee Ela, 41 ans, arrêté le 2 janvier, est décédé au commissariat central de Malabo de "torture cruelle", selon son parti CI.


Mi-janvier, le président Teodoro Obiang avait déclaré "croire" que M. Ebee Ela était "un monsieur malade", et que sa mort "n'est pas liée" à des mauvais traitements, assurant qu'une enquête serait ouverte.


"Les autorités compétentes de Guinée équatoriale devraient enquêter de manière appropriée et sans délai en vue de clarifier les raisons du décès", a déclaré en réaction la porte-parole de l'UE.


La Guinée équatoriale, un des plus gros producteurs de pétrole d'Afrique subsaharienne, mais dont la grande majorité des 1,2 million d'habitants vit dans la pauvreté, est dirigée de façon autoritaire par le président Obiang Nguema depuis 1979. Le pouvoir a obtenu 99 sièges sur 100 au Parlement aux élections de novembre, un siège allant au CI.


Depuis les législatives, "le régime a initié une vaste et forte persécution politique contre les partisans du parti CI", a estimé un membre de la société civile équato-guinéenne, sous couvert d'anonymat.


Début janvier, Malabo a par ailleurs annoncé avoir déjoué un "coup d'Etat", après qu'une trentaine d’hommes armés étrangers - des Tchadiens, des Centrafricains et des Soudanais - eurent été arrêtés fin décembre au Cameroun, au carrefour des trois frontières entre la Guinée, le Cameroun et le Gabon.


"Après la tentative de déstabilisation préoccupante survenue en décembre 2017, l’UE prend acte de l'indication fournie par les autorités équato-guinéennes selon laquelle les enquêtes menées actuellement concernant des personnes soupçonnées le sont dans le respect plein et entier du droit international et du droit de la défense, notamment du droit à un procès équitable", a ajouté la porte-parole de l'UE.


TRADUCCION


La Unión Europea considera que se da un “fuerte deterioro de la situación de los derechos humanos” en Guinea Ecuatorial como consecuencia de la muerte de un opositor en arresto provisional y de que “más de 130 personas [estén] detenidas arbitrariamente” desde las últimas elecciones, según unas declaraciones conseguidas el lunes por AFP.


“Las restricciones a la libertad y las detenciones de opositores políticos, que prosiguen sin interrupción en la República de Guinea Ecuatorial desde las elecciones de noviembre de 2017, suscitan vivas inquietudes”, declaró Catherine Ray, portavoz del Servicio Exterior de la Unión Europea, en una declaración publicada en la página de la UE.


“La muerte, cuando estaba en detención provisional, del señor Ebee Ela, miembro del partido opositor “Ciudadanos por Innovación”, confirma el fuerte deterioro de la situación de los derechos humanos en el país “, añadió la señora Ray.


Santiago Ebee Ela, 41 años, detenido el 2 de enero, falleció en la comisaría central de Malabo a consecuencia de “crueles torturas”, según su partido (CI).


A mediados de enero, el dictador Teodoro Obiang afirmó “creer” que el señor Ebee Ela era “una persona enferma”, y que su muerte “no podía vincularse” a maltrato alguno, asegurando que se abriría una investigación.


“Las autoridades competentes de Guinea Ecuatorial deberían abrir, de manera adecuada e inmediata, una investigación con vistas a clarificar las razones de la defunción “, ha declarado como respuesta la portavoz de la UE.


Guinea Ecuatorial, uno de los más importantes productores de petróleo del África Subsahariana, pero en el que la gran mayoría de los 1,2 millones de habitantes vive en la pobreza, está dirigida desde 1979 de modo autoritario por el presidente Obiang Nguema. El poder obtuvo en el Parlamento 99 escaños sobre 100 en las elecciones del pasado noviembre, el escaño restante le correspondió al partido CI.



A partir de las elecciones legislativas, “el régimen inició una amplia y fuerte persecución política contra los partidarios de CI”, afirmó un miembro de la sociedad civil ecuatoguineana, que solicitó anonimato.


http://fr.africatime.com/zambie/articles/forte-deterioration-des-droits-de-lhomme-en-guinee-equatoriale-selon-lue


Fuentes: Agencias


Re difunde: Departamento de Comunicación de C.I.


 


 




por abamodjo, Lunes, 05 Febrero 2018 19:38, Comentarios(0)
Comentarios


MKPNews ©2003-2008 mkportal.it
 


MKPortal C1.2.1 ©2003-2008 mkportal.it
Página generada en 0.29696 segundos con 20 preguntas